Voyage au temps des postillons

 

 
Von Thurn

Comment un si petit instrument ne jouant que deux notes a-t-il bien pu devenir un emblème postal international, et inspirer les plus grands compositeurs du XVIIIe siècle ? Découvrez en musique l’âge d’or de ce petit instrument, et comment il devint le symbole de la poste après bien des péripéties. Un voyage en chaise de poste sur les routes chaotiques du XVIIIe siècle !

L’imitation du cor de postillon dans la musique baroque a donné lieu à la création d’un spectacle inédit autour de cet instrument oublié bien que toujours omniprésent comme symbole de bien des postes du monde. Nous l’avons conçu de manière à intéresser un vaste public, afin de transmettre de manière vivante et interactive cette histoire qui a fait les grandes heure de la poste des siècles passés, les postillons incarnant cette volonté de s’ouvrir et transmettre l’information au cours des siècles, et ce petit instrument incarnant un enjeu politique et symbolique très fort.

 
 
Ronde du Postillon

Le postillon était une figure hautement populaire, qui portait d’un lieu à l’autre lettres d’amour, bonnes et mauvaises nouvelles. C’est un bon vivant qui boit le soir avec ses hôtes en racontant des nouvelles du pays. Les poètes l’ont célébré : à l’époque Baroque, il est le « postillon d’amour », mais il peut être également associé à de la tristesse et de la nostalgie sous la plume de Lenau ou bien même conduire le voyageur de la vie jusqu’aux enfers dans une retentissante sonnerie, comme chez Goethe ou bien dans un pamphlet du XVIIe siècle, Le Postillon de Mazarin. Mais le postillon a beau faire rêver les femmes et être familier au point d’être surnommé surnommé le « beau-frère », quelques anecdotes de voyage un peu contraires à cette image magnifiée nous sont parvenues : Charles Burney, entre autres, nous a laissé de croustillants souvenirs de ses pérégrinations sur les routes d’Allemagne en 1770, dénonçant « les friponneries, l’entêtement et l’indolence des maîtres de poste et des postillons ».

 

 

Le Postillon, chanson de Jac Nam


Ce spectacle, depuis sa création, n’a cessé d’évoluer, lui offrant diverses formes… rétrospective en image :

Grâce à Peter, notre postillon bilingue, ce spectacle existe en français et en allemand :

Klinge, klinge, das Posthorn !

« Loué soit le cor de postillon ! C’est mon symbole… Vive le cor de postillon ! »
Cette exclamation enthousiaste ouvre une très belle page sur le cor de postillon écrite par le philosophe S. Kirkegaard dans La Reprise (1843).

Top
Réglage des paramètres de cookies

Chers utilisateurs, ce site stocke les cookies sur votre ordinateur. Ils ont pour but d'améliorer l’expérience de votre site Web, tout en vous fournissant des services plus personnalisés.

Si vous souhaitez plus d’informations sur les cookies que nous utilisons, veuillez consulter notre Politique de confidentialité. En acceptant les cookies, vous consentez à leur utilisation. Vous pouvez également paramétrer ces derniers.

Si vous refusez, vos informations ne seront pas suivies, au moment de visiter ce site. Un seul cookie sera utilisé dans votre navigateur pour mémoriser votre préférence de ne pas être suivi.

  • Régler les paramètres
  • Accepter tous les cookies et continuer vers le site